De l’acide et des reflets !


Cela fait un petit moment que je n’ai pas écrit, en effet, j’étais partis en vacances, entre autre à Japan Expo dont je vous parlerai plus longuement lorsque j’aurai trié les photos.

Mais aujourd’hui le sujet est tout autre, ça y est ! Il est là, il est fort, il est beau et il sent bon le sable chaud.

Quoi donc ? Mais le 15 et épisode final de Reflets d’Acide pardi !

Pour les quelques un au fond qui ne bitent rien, Reflets d’Acide est une saga MP3, c’est à dire une aventure uniquement oral, à l’instar du plus connus Donjon de Naheulbeuk.
La différence avec son grand frère c’est que JBX, l’auteur, emploi énormément de tournures stylistiques, que ce soit alexandrin, rimes, ou vieux mots, bref Reflets d’Acide fourmille de milliers de détailles aussi bien dans son champ lexical que dans les références à la pop cul…ture.

Personnellement je préfère largement Reflets d’Acide au Donjon de Naheulbeuk, qui lui s’est énormément essoufflé au fil des épisodes, Reflets d’Acide lui est parti de premiers épisodes complètement comique à une fin bien plus épique, et même si les épisodes 13 et 14 m’avait pas mal déçus (trop d’intervenant, trop de trop et trop de n’importe quoi), cet épisode 15 lui malgré sa durée d’une heure trente, est magistralement mené, on ne voit tout simplement pas le temps passer, même si l’humour est vraiment vraiment moins présent, on s’en fiche, on veut juste savoir ce qu’il va arriver.

La série à débuté en 2004 et est une parodie sonore du jeu de rôle amateur du même nom, il aura fallu plus d’un an d’attente entre l’épisode 14 et l’épisode final, autant dire qu’après 8 ans d’aventure, il était attendu au tournant !

Pour en savoir plus sur Reflets d’Acide, et télécharger gratuitement les épisodes suivez ce lien.

Publicités

Mais c’est absurde !


Il y a trois grands piliers comique pour moi. Pierre Desproges, Raymond Devos et François Perusse.

Desproges pour l’humour noir.
Devos pour l’absurde.
Et Perusse pour les jeux de mots.

Ayant déjà fait un billet sur Desproges, je vais donc faire partager Raymond Devos aujourd’hui. Je pense qu’il n’y a pas grand chose à dire sur ce grand homme, ses sketch par d’eux même.





Ce qui est bien avec Devos c’est qu’il s’exprime toujours avec une clarté et une limpidité exemplaire, n’allant pas perdre son auditoire avec des références obscures comme beaucoup de monde se réclamant « grand penseur ».
Bref voici aussi deux extrait d’interview :




Voila, vous pouvez retrouver légalement plein de contenu sur Raymond Devos sur le site de l’INA

Mais pourquoi c’est drôle l’humour ?


Sûrement l’un des sketchs des Guignols de l’info les plus mémorables et grandiose.

Pour ceux qui n’ont jamais vu cette vidéo petit rappel des fait :
Le « sketch » de Michael Keal fait bel et bien référence à Groland (qui à l’époque était juste CNNL International) qui parodiait déjà un fait divers qui sévissait à l’époque concernant de mouton mystérieusement égorgés par une bête inconnue dans les Voges.

Nous retrouvons de Alain de Greef, directeur des programmes de Canal + au moment des faits, devant le conseil d’administration du CSA pour expliquer ce sketch. Dans les faits sur de Greef a bien été convoqué par le CSA c’était en réalité pour un autre sketch des Guignols de l’info cette fois.

Au fond les « tableaux » représentent la signalétique -10, -12 et -16 ans qui faisait son apparition sur les programmes télé.

Ce sketch est depuis devenu une référence lorsqu’il s’agit d’expliquer une de ses blagues. C’est un peu la réponse magique. « Haaaaa ‘cule un mouton, drôle ! »

Car avouons le, devoir expliquer une blague n’a aucun sens, c’est déconstruire son pouvoir comique, c’est aussi absurde que la fameuse question posée par le CSA : « Mais pourquoi c’est drôle l’humour ? »

Dis dis dis, ils disent quoi ?


Oui aujourd’hui pour toi le jeune je vais te répondre à cette éternelle question que tu ne t’ai sans doute jamais posé :
« Mais quels sont les paroles de l’hymne national soviétique ? »

Cette vidéo me fait toujours autant rire malgré les années. C’est ce que l’on nomme communément des « illusions auditives ».
En tout cas oui maintenant vous pouvez me maudire sur 30 génération, car jamais plus vous ne pourrez écouter l’hymne soviet (pas Russe qui bien qu’utilisant le même air, ne possède pas les mêmes paroles.) sans entendre cela.
Bon l’avantage c’est que l’hymne soviet… On ne l’entend plus beaucoup de nos jours. :)