De l’avenir de la vente de bien culturel.


Il y a un mois à peu près, les Rois de la Suède (abrégé en lRdlS si après), un groupe comico-geek fondé par Monsieur Poulpe, animateur sur Nolife, entre autre, et Ivan Callot, ex-fondateur des Fatals Picards. créait une polémique avec le titre « Ta liberté de voler » ou ils fustigeaient les vilains pirates qui téléchargent illégalement.



Il faut dire aussi qu’avec Monsieur Poulpe et son humour très très pipi/caca, le publique principal du groupe doit avoir entre 12-15 ans ce qui signifie composé de gros trolls.

Le hic, c’est que, comme le groupe a une tendance très second degrés (dans la droite lignée des débuts des Fatals Picards en fait.), pas mal de gens se sont demandé comment il fallait prendre la chanson. Ivan ayant commencé à répondre, on s’est très vite rendu compte qu’elle était effroyablement premier degrés. J’ai essayé de discuter avec lui, au final on a l’impression qu’une énorme psychose s’est installé dans le groupe et qu’à partir du moment ou l’on émet une critique on est forcément un de ces vilain téléchargeurs. Ils sont arrivé à troller de manière magistrale, sachant que la majorité de leur publique qui achètent sont geek ça la fout mal pour eux.

Concrètement là ou le bas blesse, ce n’est pas sur le fond. En effet le téléchargement illégal, on est tous d’accord pour penser que ce n’est pas une bonne chose et que cela nuit aux artistes, mais sur la forme. Ils défendent avec virulence que « le téléchargement c’est du vol. » Alors que bon nombres de personnes s’échinent sans relâche pour justement faire disparaitre cette approximation rependue par les majors pour forcer des lois liberticide comme Hadopi, Sopa/Pipa ou Acta. (Je vous invite à aller sur le site de la quadrature du net pour en apprendre plus sur ces lois.)

Donc NON le téléchargement ce n’est pas du vol, même en lui donnant la définition pénale Française du vol :

le vol est une infraction d’atteinte aux biens qui consiste en « la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui »

le téléchargement ne soustrait pas, il copie le fichier, il n’y en a pas moins au contraire il y en a de plus en plus. Ivan m’a rétorqué de mettre cela en parallèle de la propriété intellectuelle. Ce à quoi je lui ai répondu que non toujours pas, la loi est formelle, le téléchargement c’est de la copie et non du vol et la loi est encore plus clair puisqu’elle dit clairement que c’est de la contrefaçon :

La contrefaçon est une violation d’un droit de propriété intellectuelle par le fait de reproduire ou d’imiter quelque chose (notion de plagiat) sans en avoir le droit ou en affirmant ou laissant présumer que la copie est authentique. La notion de contrefaçon a souvent une connotation péjorative, sous-entendant une chose de mauvaise qualité.

Mais non rien n’y a fait, le mal était fait. Qu’il se sente lésé c’est légitime, mais tout artiste qu’il soit (c’est son argument principale, nous ne sommes pas artiste nous ne savons pas de quoi nous parlons.) ce n’est pas à lui de décider des lois. J’ai franchement l’impression qu’il ne digère pas le cuisant échec de son album solo (qu’il a sortis après avoir quitté les Fatals Picards, qui eux commencent à avoir de plus en plus de renommée mais qui s’éloignaient de leur productions de départ.) qu’il a auto-produit.

Ils n’ont ensuite fait que jeter de l’huile sur le feu via les diverses interventions radio :

ici à 120 minutes

et là à 44:15 minutes

Bref tout ça pour en venir à, oui le téléchargement illégal ce n’est pas bien.
Non la répression et le contrôle n’est pas la solution. (et cela a même été prouvé que c’était inutile.)

Alors que faire ?

Outre une vraie offre légale et complète qui se fait toujours cruellement attendre (car oui si une offre légale était aussi visible et complète que Megaupload je ne pense pas que ce site aurait eu autant de succès. (Comme dit la chanson, des gens sont capable de payer pour DL plus sur Mega*, alors ils peuvent tout autant payer pour les artistes si ce moyen existait mais bon…)

L’autre alternative possible semble être le mécénat.

C’est de cette façon que fonctionne la fondation Blender qui grace aux dons des internautes finance ses différents projets.

Les gens payent AVANT de voir le produit parce qu’ils croient en celui ci, dingue ! ainsi le projet est déjà rentabilisé dès sa sortie.

Des structures sont même en train de se mettre en place pour généraliser ce genre de procédé.
Je parle bien entendu de Kickstarter, ou l’on vous propose de financer différents projets à hauteur du montant que vous voulez, avec plus ou moins de goodies offerts en fonction du montant donné. une somme minimale est demandé et une date butoir. Si lors de cette date le montant n’est pas atteins, aucun prélèvement n’est effectué et le projet est abandonné. Sinon la machine se met en marche.

C’était le cas de Tim Schaffer dont je vous ai parlé la semaine dernière qui avait demandé 400 000 $ et en a récolté près de 3 000 000.
D’autres projets ont vu le jour de cette façons. Cela redonne en plus une dimension plus proche entre le publique et le créateur. Je pense sincèrement que ce genre de procédé a de l’avenir, et c’est déjà bien plus constructif que de troller sur le téléchargement ! :D

Je ne pense pas qu’Ivan lira ces lignes un jour (Ben si finalement il les a lu :p), ni qu’il en pensera du bien de toutes façons, mais si vous voulez soutenir des projets qui vous font envie, je vous conseil vivement de parcourir Kickstarter, c’est peut être la plateforme de demain.

Il existes d’autres projet souvent basé sur le don, mais pour le moment c’est le seul que je connaisse qui semble avoir du succès.

Publicités

2 réponses à “De l’avenir de la vente de bien culturel.

  1. « J’ai franchement l’impression qu’il ne digère pas le cuisant échec de son album solo (qu’il a sortis après avoir quitté les Fatals Picards, qui eux commencent à avoir de plus en plus de renommée.) qu’il a auto-produit. »
    Non mais, que ne faut-il pas lire ou entendre… (avec des fautes de grammaire qui vont avec)
    Cher Oneig, je l’ai répété maintes fois mais je veux bien le faire encore sur ce blog : oui les idées véhiculées par la chanson sont à prendre au premier degré, mais la chanson est aussi et surtout sur un mode humoristique, avec les raccourcis et les provocations que le genre implique. Humour dont vous semblez cruellement manquer. Cette chanson n’est en aucun cas une quelconque réaction aux ventes d’albums précédents (vous serez j’imagine heureux d’apprendre que le disque précédent mon album solo a lui été disque d’or) et n’est pas du tout centrée sur notre musique mais une réflexion plus large sur le monde artistique et sa vision par les « théorisateurs » du téléchargement illégal.

    Je n’arrive pas à comprendre que vous vous réjouissiez que le téléchargement illégal ne soit pas du vol (ce qui reste encore à prouver) mais « juste » de la contre-façon tout aussi punissable par la loi. Ca doit sans doute vous rassurer sur le bien fondé des vos actes.

    Que vous sentiez aussi attaqué par la chanson montre que le sujet est au combien sensible et touche à un vrai problème. Les chantres de la « liberté inconditionnelle sur internet », les libertaires 2.0, votent-ils « IRL » pour Philippe Poutou, ou leur désir de partage s’arrête t’il là ou commence leur petit confort ?

    Et sinon, faites un effort avec l’orthographe… 2.0 c’est peut-être la liberté d’expression des internautes, mais ce serait aussi votre note en rédaction.

    • Merci pour cette réponse.

      Pour revenir sur ce blog, mon premier billet à été clair, il s’agit de mon point de vue, et mon ressentis. Je ne prétend pas avoir raison et justement, j’incite au dialogue si je me plante. Lorsque je parle de votre album solo, c’est ce qui en est ressortis des commentaires sur le blog des Rois de la Suède, que j’ai parcourus, ou si la chanson ne manquait certes pas d’humour, les commentaires étaient on ne peut plus sérieux, puisque vous l’avez dit plusieurs fois.

      Or, j’ai remarqué que « l’échec » de votre album solo a été un argument mainte fois mis sur le tapis, et pas par les internaute mais par vous. Si votre disque c’est bien vendu, j’en suis sincèrement content pour vous. Mais c’était l’impression que j’en ai eu lorsque je l’ai lu. (et comme je l’ai dit, ce blog ne reflète que mon idée personnelle)

      Encore une fois, vous faites un amalgame. Oui je trouve important que l’on utilise les bons mots, de dire et redire que le téléchargement n’est pas du vol mais de la contrefaçon. Justement car comme expliqué, c’est le cheval de bataille de gens qui créent des lois liberticides qui dépassent de loin le téléchargement illégal.
      Mais être contre cet amalgame ne veut pas dire défendre pour autant le téléchargement illégal ! Je n’ai jamais dit qu’il était bien et qu’il fallait télécharger. (Il me semble même que ce billet traitent ces gens là de trolls ;) )
      Donc vous ne comprenez pas que j’ai un problème avec le terme employé. Et vous ne comprenez pas que ça ne veut pas forcément dire que je défend pour autant le téléchargement illégal. Vous pouvez aller lire mes interventions sur votre blog, je dis bien plusieurs fois que je suis même d’accord avec le fond de votre pensé. Cherchez encore une fois ou je dis « juste » de la contrefaçon, ici c’est vous qui le rajoutez pas moi. La contrefaçon reste tout autant illégal, d’ailleurs tout mon billet parle de « téléchargement illégal » ce qui veut bien dire ce que ça veut dire non ?

      Au vu de ma Dvdthèque, de ma ludothèque je n’ai absolument pas besoin de me sentir rassuré, j’achète les produits culturels qui me font envie ne vous inquiétez pas. J’achète même des films sans en avoir rien vu juste parce que le pitch m’a intrigué c’est dingue hein !

      Là encore, je ne comprend pas pourquoi, dès que l’on réagit sur la chose, on a forcément quelque chose à se reprocher. Je donne mon avis d’une façon totalement extérieur à l’affaire, car je n’ai jamais entendu un seul morceau de votre album solo, et j’ai suivit de très très loin l’histoire des Roi de la Suède. Je n’ai téléchargé aucun de vos morceaux.
      Il y a quand même un fossé entre « lutter contre des lois liberticides » et « prôner le total libertaire » non ?

      Ce qui est bien plus intéressant dans mon billet c’est surtout la fin, chose sur laquelle vous n’avez même pas répondu, car en effet, je « propose » au moins quelque chose. Même si je n’ai rien fait, ma voix contribue à faire connaitre l’initiative Kickstarter.

      Tout ce que je n’ai fais que dire, c’est que le modèle économique est aujourd’hui dépassé et que ce n’est pas par la répression que l’on parviendra à changer les choses. Croyez moi que toutes les alternatives légale et intéressantes que je découvrirais seront partagés ici même. Je trouve cela bien plus constructif que de faire une chasse aux sorcières.
      Car qu’on le veuille ou non, internet est là et il faut faire avec.

      En ce qui concerne mon orthographe, j’essaye de m’améliorer, mais ça ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Pour mes notes en rédaction, cela fait longtemps que je n’ai plus à en faire.
      Merci pour votre réponse en tout cas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s